Partagez|
À l'aube d'un océan de larmes
avatar
Personnages : Aliden Lychcroft, Lya Brameth
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: À l'aube d'un océan de larmes Sam 8 Juil - 23:06
Laurence Vere
Lieutenant de l'Aurore

Age - 29 ans
Statut - Vivante
Objectif - Assurer la sécurité de l'Aurore et ses alliés
Inventaire
Épée longue,
bourse à contenant de pièces d'argent, une gourde, des morceaux de viande sèche.

Les épais feuillages filtraient sans difficulté les derniers rayons du soleil, lequel s’éteignait progressivement à l'est. Les quelques soldats qui avançaient au sein de la rive nord de la forêt de Roncecœur étaient comme souvent tendus en raison de l'obscurité qui, dans plus d'une heure, recouvrirait entièrement la zone. Cela était d'autant plus vrai aux yeux du lieutenant Laurence, qui s'agaçait du manque de discernement des hommes qui avaient été placés sous ses ordres. Habituellement postée à la Retraite de Jade, la désormais vétéran de l'Armée qu'elle était avait été dépêchée sur place pour assurer le remplacement temporaire du capitaine Davis. Et à son grand désarroi, il s'était avéré que les hommes de Guet-du-nord étaient clairement sous-entraînés. Comment pouvait-on être aussi désorganisés et trouillards dans une zone que l'on était censé connaître comme sa poche ? Un tel relâchement n'aurait jamais été toléré là où elle officiait. Ou du moins, pas sous ses ordres.
Les Dieux Jumeaux l'avaient conduite ici pour une raison bien précise, se dit-elle alors. Améliorer leur formation et assurer la sécurité de l'Empire, d'autant plus que cette partie de la forêt n'était pas exempte de tout danger.

— Caporal, lança-t-elle à l'homme qui lui emboîtait le pas. J'aperçois comté-du-bois au bout du chemin, nous allons donc faire demi-tour. Leur patrouille protège les environs, selon toute vraisemblance.
— Oui, ma dame.
— Lieutenant, corrigea-t-elle brusquement.

Dix ans. Cela faisait dix ans que Laurence officiait au sein de l'Armée ; dut-elle se l'avouer en cet instant, le plus lourd combat qu'elle avait mené avait été de se faire accepter en tant que soldat, et non en tant que femme. Elle avait dû redoubler d'effort pour s'affirmer parmi les hommes et atteindre ce grade. Et malgré tout, l'on continuait de la considérer en marge des autres. Elle s'efforça d'oublier, secoua la tête et fit volte-face. Les soldats l'imitèrent après un temps de latence qu'elle trouva diablement long, et ils reprirent la marche. Mais ils s'arrêtèrent rapidement.

— Nous sommes attaqués ! s'écrira un jeune homme qui flottait dans son armure.

Laurence eut à peine le temps d'entendre ces mots que déjà sa longue lame était dégainée. Elle promena son regard aux alentours, scrutant minutieusement les environs. Des arbres plurent des flèches, et beaucoup furent blessés par cette attaque surprise. Fort heureusement, personne ne fut tué.

— Soldats, en formation !
— Lieutenant ! lança une autre voix. Nous avons un problème.. !

Elle poussa un soldat qui traînait dans ses pattes et s'approcha de celui qui l'avait appelée. Elle s'immobilisa lorsque son pied s'empêtra dans une flaque épaisse. Comme elle savait pertinemment qu'il ne pleuvait pas, elle porta une main à son nez. L'odeur qui ne tarderait pas à suivre l'affligerait moins, ainsi.
Se trouvait à ses pieds le cadavre d'un soldat de son escouade. Visiblement assassiné de dos et en silence, il gisait dans une marre de sang non-loin des autres. Deux soldats se placèrent devant le cadavre en levant leur égide au-dessus de leur tête, tandis qu'un archer brandit son arc et pointa le haut des arbres. Pour autant qu'ils puissent en juger, aucun d'eux ne vit quoi que ce soit, et après une longue attente d'être à nouveau attaqués, l'un demanda :

— Au nom des Dieux Jumeaux, qui a bien pu faire une chose pareille ? Des bandits ? Des orcs ?
— Des hommes, répondit-elle. Et pas n'importe lesquels. Les orcs ne sont pas assez discrets pour ainsi s'échapper, et les bandits pas assez entreprenants.. et puis regardez cette arme. (Elle arracha une dague du cadavre de l'homme et le fit passer derrière elle.) Je reconnaîtrais cette manufacture entre mille : c'est une arme Noguchi.
— Quoi ? Une trahison ?
—  Ne faisons aucune conclusion hâtive. Ce qu'il importe pour l'heure, c'est de nous assurer que comté-du-bois soit hors de danger. Soldats ! Restez en formation et ne la rompez sous aucun prétexte. Je vais porter le corps de cet homme jusqu'au comté où il sera enterré comme il se doit. Nous allons découvrir qui est responsable de cela, mais nous devons pour cela rester en vie.

Chacun acquiesça, tendu. Les soldats ne cessaient de parcourir les alentours du regard, armes pointées devant eux.

— Damen, continua-t-elle en posant son regard sur un quadragénaire en tunique légère aux couleurs de l'Empire : un mage. Je connais vos compétences ; téléportez-vous à Rivegarde et délivrez un message à la Conseillère Lychcroft pour moi. Dites-lui de me rejoindre le plus vite possible à comté-du-bois si elle le peut, et présentez-lui cette dague pour souligner mes propos. Nous avons peut-être affaire à une affaire plus grave qu'elle n'en a l'air, mais je ne veux alarmer personne d'autre qu'elle.

Et sans attendre une réponse de sa part, le lieutenant lui confia la dague Noguchi et fit signe à l'escouade de poursuivre jusqu'au comté. Certains étaient paniqués mais sceptiques de la vitesse à laquelle Laurence avait pris sa décision : il ne s'agissait que d'une attaque isolée et rien ne donnait véritablement lieu de songer à une trahison. Pourtant et visiblement contrairement aux soldats — des incapables —, les bruissements de buisson et les ombres qui se déplaçaient furtivement au loin derrière les arbres n'avaient pas échappé à son esprit acéré. Et ça n'était pas le premier cas que la vétéran de l'armée avait recensé incluant des armes Noguchi. Pourtant, ici ? Dans cette partie de la forêt ? Autant comprenait-elle que des traîtres puissent se manifester à la Retraite de Jade en raison de la proximité que celle-ci avait avec la Colonie Noguchi, autant était-elle surprise de constater que ces événements s'étendaient jusqu'ici.

Qui que soient les instigateurs de ces attaques furtives mais terroristes, Laurence avait le devoir de les découvrir et les arrêter. En tant que femme il lui serait difficile de convaincre ses supérieurs, mais la Conseillère du Roi était une femme — un point important à ses yeux — lucide, stratège et qu'elle avait de surcroît déjà rencontrée. Peut-être se souviendrait-elle d'elle et se sentirait-elle concernée par les événements naissants. Elle n'avait plus qu'à espérer que Damen délivre ce message en bonne et due forme et que la conseillère, aussi fortunée soit-elle, daigne payer et emprunter un téléporteur à destination de comté-du-bois.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnages : Hélara Lychcroft, Myr Velai
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Dim 9 Juil - 1:16
Hélara Lychcroft
Conseillère / Comtesse

  Age - 39 ans
  Statut - Vivante
  Objectif - Inconnu
  Inventaire
Dague fine en argent, grimoire de cryomancie et hydromancie avancées
À ce moment de la journée, le palais était plongé dans le silence. Le long couloir de pierre qui menait au bureau de la conseillère royale était encore éclairé à travers les diverses fenêtres par le soleil qui petit à petit s'évaporait. Ce couloir ne menait qu'à une seule porte, située à l'aboutissement de celui-ci. La conseillère avait exigé d'obtenir une pièce isolée du reste du bâtiment, personne n'a jamais vraiment su le pourquoi de ce désir. Elle était gardée à plein temps par un garde royal imposant et dont l'expression était constamment impassible.

Le mage marchait à pas rythmés et son faciès laissait échapper l'angoisse qui l'habitait. Il s'arrêta devant le gardien, reprit son souffle et demanda à s'entretenir avec la comtesse. Au début perplexe, son interlocuteur finit par céder et frappa à trois reprises de son poing dans la porte en bois derrière lui. À l'intérieur, Hélara était assise confortablement sur sa chaise, accoudée à son bureau et perdue dans d'innombrables papiers. La pièce était étroite mais décorée de mille joyaux et œuvres d'art. Elle se redressa rapidement et arrangea le désordre qui était face à elle.

─ Entrez, cria-t-elle.

La porte s'ouvrit dans un léger grincement.

─ Un mage dit avoir un message de haute importance à vous délivrer, ma dame, dit-il d'un ton morne.
─ De haute importance ? Elle arqua les sourcils. Faites-le entrer.

Le garde libèra le passage au messager qui s'empressa de pénétrer la pièce. Il se placa devant le large bureau et s'inclina gracieusement pour saluer la femme qui lui faisait face.

─ Ma dame.
─ Que me vaut votre visite, sorcier ? Questionna-t-elle en penchant la tête sur la côté, intriguée.
─ Je suis ici en tant que messager pour le compte du lieutenant Vere.
─ Le lieutenant Vere ? Elle redressa sa tête et leva les yeux au ciel dans un moment de réflexion. Oh, je pense me souvenir d'elle, une femme vertueuse si mes souvenirs sont exacts.
─ Il n'en fait aucun doute, ma dame, répondit-il avant de déglutir. Elle souhaiterait vous rencontrer, immédiatement.
─ Immédiatement ? Répétant les dires de son interlocuteur une nouvelle fois, elle gloussa, prise au dépourvu.
─ Nous avons subi une attaque surprise lorsque nous étions de garde près de Comté-du-bois, elle requiert votre présence en ces lieux au plus vite.
─ Pourquoi donc ?
─ Elle m'a demandée de vous remettre cela, répliqua-t-il en piochant dans une des poches de sa tunique pour en extirper la dague donnée par la lieutenant. Elle a été retrouvée sur le corps d'une victime de notre équipe.

Il s'approcha et déposa l'arme sur le bureau face à lui. La mage l'inspecta et bientôt comprit d'où cette dernière provenait. Elle marmonna quelque chose d'indescriptible et finit par relever la tête pour rencontrer à nouveau le regard de Damen.

─ Je suppose qu'il n'y a qu'une chose à faire.

Soudainement, la mage se leva de son siège et fit signe au gardien de venir quérir ses affaires. Elle était habillée d'une longue robe de soie d'un bleu sombre et de nombreux bijoux argentés. Ses cheuveux pourpres étaient libres de toute entreinte et descendaient sur ses épaules élégamment, son maquillage simple mais suffisant complétait l'ensemble. Sa robe laissait à la vue de chacun un décolleté charmeur et était découpée à certains endroits de façon à ce que la peau de la conseillère soit visible. Une tenue très peu commune dans le milieu noble.

Elle prit les devants et ordonna au garde ainsi qu'au sorcier de la suivre.

                      ---------------------------------------------------------------------------------------

Le portail commença à prendre forme et effraya les quelques paysans qui faisaient route sur la place du village de Comté-du-bois. Elle aurait préféré apparaître dans un lieu plus intime mais elle n'avait pas vraiment eu le choix. Une fois sortie, ses yeux vagabondèrent les alentours : elle avait attiré tous les regards. Chacun murmurait à son voisin, certains l'admiraient mais beaucoup l'insultaient de jalousie. Elle ricanna pour se moquer de la scène et finit par reprendre son chemin, toujours suivie par les deux hommes.

Elle ne daigna pas signaler son entrée et ouvrit la porte de l'hôtel de ville en ignorant les gardes qui s'étaient sans attendre écartés à la vue de la comtesse. À la seconde où elle mit un pied dans le bâtiment les personnes présentes dans la pièce se rangèrent à droite ou à gauche, laissant le chemin libre pour la nouvelle arrivée. Ils la saluèrent avec respect et elle inclina la tête à certains d'entre eux.

─ Dame Lychcroft, ma très chère !

La voix résonna dans la pièce qui était spacieuse et silencieuse depuis l'entrée de Hélara. Un homme, gras et âgé, était assis sur un trône misérable en bois situé contre le mur du fond. Elle sourit, ils s'étaient déjà rencontrés de nombreuses fois au château et elle avait appris à le connaître. Il était devenu le gouverneur du village il y a quelques années.

─ Sir, dit-elle en souriant.

Il s'en suivit une conversation sur leur vie respective, qu'elle trouvait sans intérêt mais elle ne voulait pas le fâcher. Elle eut finalement l'opportunité d'expliquer sa présence à Comté-du-bois et demanda à l'homme si il avait eu la visite du lieutenant Vere il y a peu.


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnages : Aliden Lychcroft, Lya Brameth
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Dim 9 Juil - 10:41
Laurence Vere
Lieutenant de l'Aurore

Age - 29 ans
Statut - Vivante
Objectif - Assurer la sécurité de l'Aurore et ses alliés
Inventaire
Épée longue,
bourse à contenant de pièces d'argent, une gourde, des morceaux de viande sèche.

— La lieutenant Vere, répondit-il après un temps de réflexion. Oui, bien-sûr, ma très chère.

Il fit signe à l'un des gardes tout près de lui de s'avancer de quelques pas, avant de se réajuster sur son siège.

— Elle se trouve dans la caserne avec le reste de ma garde, et gère avec mes officiers quelques points de défense. (Il désigna le soldat d'un mouvement du chef.) Suivez-le, ma dame, il va vous y conduire.

Il se redressa non sans mal et poursuivit avec quelques échanges de formalité, lui souhaitant bonne continuation et exprimant son espoir de partager un banquet avec elle avant son départ. Le soldat invita suite à cela la comtesse à lui emboîter le pas, quittant promptement l'hôtel de ville en s'assurant que la femme suive le rythme et qu'elle ne soit dérangée par personne. Il la fit traverser le centre du comté de long en large, à raison de quelques minutes de marche, jusqu'à ce que tous deux n'arrivent au pied d'un édifice rustique et visiblement façonné à la façon d'un entrepôt de guerre. De nouveau, le soldat guida Hélara à l'intérieur ; la lieutenant Vere était en plein débat avec deux hommes parés d'armures brillantes et de qualité certaine, à tel point qu'on eut dit qu'ils n'eurent jamais connu la guerre.

— Lieutenant Vere, lança le soldat en se tenant droit. Madame Hélara Lychcroft, conseillère du roi et comtesse de Castellambre, est ici pour vous voir.

La femme fit volte-face et s'inclina respectueusement, une main posée contre le pommeau de son épée à sa ceinture. Les deux officiers firent de même, et se redressèrent après un temps.

— C'est un véritable honneur que vous me faites, ma dame. Merci d'avoir accepté de me rencontrer aussi rapidement.

Laurence n'arborait pas l'un de ces sourires hypocrites récurrents ; le sentiment d'honneur qui l'emplissait semblait à la fois simple et sincère, souligné par un regard pétillant de respect. La conseillère et moi ne sommes pas si différentes, se dit-elle tout en se redressant. Hélara et Laurence étaient deux femmes dans un environnement majoritairement masculin, mais toutes deux occupaient des fonctions qui impliquaient la gestion d'hommes. À plus forte raison pour la conseillère royale qui voyait son influence considérable ; leur différence se jouait en réalité sur la façon dont chacune était parvenue à cette place. Laurence ignorait comment Hélara était parvenue à se hisser à ce grade — naissance, manipulation ou tout bonnement mérite ? — mais force était de constater que la comtesse dégageait une autorité et une réputation basées non-pas sur la crainte mais le respect. Elle avait su s'attirer les faveurs du Roi et de l'Empire sans abandonner sa féminité, contrairement au lieutenant Laurence qui cherchait pour sa part à ne plus être considéré comme une femme mais comme un soldat. Une femme se revendiquant comme telle, secondant la tête de l'Empire sans que cela n'ait jamais vraiment semblé aberrant. Une femme au milieu d'hommes, de prédateurs, assurant sa supériorité, sa place et son prestige. Laurence la respectait beaucoup.

La lieutenant invita la conseillère à entrer dans la salle des cartes, et lui désigna la table circulaire qui prônait au centre. Elle déposa un doigt sur un emplacement de la carte qui était ouverte en grand et commença :

— Loin de moi l'envie de vous faire perdre votre temps, aussi vais-je entrer dans le vif du sujet. Les hommes du capitaine Davis qui ont été placés sous mes ordres et moi-même avons subi une attaque non-loin du comté, alors que nous effectuions notre patrouille. L'un des nôtres a été assassiné de dos sans un bruit, œuvre d'un talentueux combattant, aussi discret que rapide. Nous avons également été surpris par une pluie de flèches ; mais fort heureusement personne n'a été tué sinon lui. Nous avons découvert une arme Noguchi sur le cadavre. (Elle dodelina de la tête et remua ses épaules, laissant son index glisser jusqu'à un autre emplacement de la carte.) Cela s'était déjà produit ici, ici et ici ; des patrouilles attaquées, dont l'une des miennes, et la trouvaille d'armes de cette même colonie étrangère. Cela fait beaucoup, et pour une trahison je trouverais cela étonnant que de laisser systématiquement des armes sur les cadavres, en évidence.

Hélara devait se demander en quoi cela nécessitait sa présence, et en cela Laurence l'aurait tout à fait comprise. La lieutenant avait fait se déplacer l'une des femmes les plus influentes de l'Empire, et la confiance n'était pas la seule notion qui justifiait cet acte. Aussi la lieutenant invita la conseillère à la suivre, tout en faisant comprendre aux autres officiers qu'ils n'étaient pas les bienvenus. Elle guida la femme au-dehors de la caserne et se mit à traverser le comté-du-bois, tout en se montrant apte à dialoguer à ce sujet.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Dim 9 Juil - 11:58
Wataru Keno
Commandant

 Age - 32 ans
 Statut - Vivant
 Objectif - Indépendance Noguchi
 Inventaire
Arc, épée, besace contenants diverses choses pour survivre en milieu hostile.
Ils étaient tous réunis dans un petit campement. Certains étaient occupés à s'entraîner, que ce soit en mélée, ou à distance. D'autres aiguisaient leurs épées, et fabriquaient leurs flèches.

Wataru, lui, était assis sur une pierre, vaquant à ces deux dernières occupations, et perdu dans ses rêves... dans ses rêves de victoire. Depuis quelques temps, ils avaient orchestrés des attaques de plus en plus audacieuses ; les soldats de la région ne voyaient rien venir. Un assassinat, par ci, par là, pour montrer leur présence. Pour montrer à ceux qu'ils considéraient comme leurs oppresseurs qu'ils ne se laisseront plus faire. Qu'ils retrouveront une liberté qu'ils chérissent tant. Dans un royaume Noguchi retrouvé, souverain. Pour l'instant, cette sorte de guérilla fonctionnait plutôt bien. Ils n'avaient pas eu de visite de soldat de Rivegarde, et se demandaient même si les autorités se souciaient d'eux. Mais cela n'avait pas beaucoup d'importance à leurs yeux pour l'instant, ils accomplissaient leur objectif et cela valait tout l'or du monde.

Des pas se firent entendre. Des pas de marche ? Des pas de course ? Wataru détourna son regard de ses armes avant de tourner la tête vers des coins rudiment éclairés du campement, et vers la forêt. Au final, il rabattit son regard sur son travail, voyant que c'était simplement un éclaireur qui revenait de sa mission.

Ce dernier se dirigea vers Wataru, qui ne lui accordait guère d'importance, comme toujours. Ses hommes avaient pris l'habitude ; pour attirer l'attention du chef, il vaut mieux avoir quelque  chose d'important à lui dire.

-Monsieur, j'ai une importante information à vous communiquer. Très intéressante, par ailleurs, commença l'éclaireur.
-La dernière fois que vous m'avez dit ça, c'était juste pour un regroupement de bétail pour notre nourriture, répondit Wataru en ricanant. J'espère que c'est vraiment important, cette fois ci.
-Comté du Bois, monsieur. La comtesse de Rivegarde est arrivée.

Wataru tourna lentement la tête vers l'éclaireur, en fronçant les sourcils.
-Qu'avez vous consommé, camarade ? Une femme comme la comtesse, si importante, ne viendrait pas dans un endroit si perdu. Ce serait indigne de son rang, voyons.
-Non, je vous assure monsieur. Elle est là. Et elle n'a quasiment aucune protection, affirma l'éclaireur.
-En êtes vous certain ? Une personne de ce rang est habituellement escortée d'une escouade entière de soldats d'élites.
-Et pourtant, je n'ai rien vu de tel, répondit l'homme.
-Fort bien, fort bien... souffla Wataru.

Il se leva, rangeant son épée dans son fourreau et positionnant l'arc et son carquois dans son dos. Il se dirigea vers le campement où toute sa troupe était rassemblée.
-Eh bien, messieurs... Entendez vous la nouvelle ? La comtesse est là, à Comté du Bois. Sans protection particulière. Ne voyez vous pas là un merveilleux moment pour frapper en plein coeur nos ennemis ? cria Wataru, arborant un rictus vicieux.

Les hommes s'étaient réunis devant lui. Leurs cris, d'approbation, ne firent qu'un, pour répondre à leur commandant. Celui-ci affichait un sourire de satisfaction.

-Je veux que tout le monde soit préparé. Sur le pied de guerre. Cela pourrait être notre plus grand coup. Je sais ce que vous vous dites, pour certains ; vous hésitez peut être. La comtesse est, il est vrai, une grande magicienne. Mais la magie ne peut résister à la soif de liberté que nous portons dans nos coeurs. Elle est impuissante face à notre détermination. Notre  courage. Avec notre acte, nous inspirerons nos concitoyens. Si nous devons mourir pour notre patrie, nous le ferons. Ces chiens de Rivegarde connaîtront ainsi la colère des Noguchis. Et ils regretteront de n'avoir rien fait pour nous jusqu'à maintenant.

Des acclamations secouèrent la forêt, d'habitude si calme. Tout le monde se précipita pour enfiler son armure ; ses armes. Des flèches. C'était leur heure de gloire, en quelque sorte. Tout le monde était réuni, devant Wataru.

-Soldats libres de Noguchis, en avant ! cria-t-il.
Il ouvra la marche, vers Comté-du-Bois. Une impitoyable colonne, fondue dans les ombres, marcha, sans bruits, vers le village d'ordinaire si tranquille.

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnages : Hélara Lychcroft, Myr Velai
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Dim 9 Juil - 15:20
Hélara Lychcroft
Conseillère / Comtesse

  Age - 39 ans
  Statut - Vivante
  Objectif - Inconnu
  Inventaire
Dague fine en argent, grimoire de cryomancie et hydromancie avancées
Le soleil avait maintenant disparu. Le colosse en armure qui lui servait de protecteur ne l'avait pas quittée et avait empoigné une torche enflammée sur le chemin pour éclairer la comtesse et la lieutenant. Une légère brise s'offrait au groupe qui toute la journée avait subi la chaleur de l'été. Hélara se tenait droite et marchait au rythme du lieutenant.

─ Je suis bien heureuse que vous ayez décidé de me contacter moi et non quelqu'un d'autre, lieutenant, déclara-t-elle alors que le silence régnait depuis de longues secondes déjà.

Quand bien même elle avait réussi à prendre de l'influence dans la dimension noble de l'empire, la mage avait toujours eu des relations tendues avec l'armée et ses hauts-gradés. Elle voyait en Laurence une femme respectueuse et dévouée à son rôle, c'est pourquoi elle se montrait aussi aveugle dans la confiance qu'elle lui donnait. Si cette dernière venait à devenir son amie, elle pourrait par la suite l'utiliser pour obtenir des informations capitales quant à l'état de l'armée. Même si la lieutenant ne possédait pas un grade des plus prestigieux, elle savait que le moment où celle-ci gravira les échellons ne tarderait pas.

Sur le chemin, elle vint à réfléchir à la raison de ces différentes attaques dont les patrouilles rivegardiennes furent victimes. Il serait absurde pour des rebelles noguchis de penser avoir une chance de se libérer de l'autorité de l'empire, ils ne sont clairement pas assez nombreux. Peut-être ont-ils un tout autre objectif ? Elle se le demandait. Néanmoins une chose était certaine, cette arme était de manufacture noguchie et quiconque l'avait forgée allait devoir répondre de ses actes. Ses relations avec le gouvernement de la colonie n'étaient pas si développées et elle allait par conséquent devoir s'y prendre avec prudence.

─ Avez-vous déjà essayé de communiquer avec les noguchis pour peut-être obtenir des informations supplémentaires quant à ces agressions ?

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnages : Aliden Lychcroft, Lya Brameth
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Dim 9 Juil - 16:03
Laurence Vere
Lieutenant de l'Aurore

Age - 29 ans
Statut - Vivante
Objectif - Assurer la sécurité de l'Aurore et ses alliés
Inventaire
Épée longue,
bourse à contenant de pièces d'argent, une gourde, des morceaux de viande sèche.

— Pour être franche oui, ma dame, lui répondit la lieutenant en marchant. Nous avons envoyé un émissaire de la Retraite de Jade prendre le lac à leur rencontre, nous attendons encore son retour. Nous ne pouvons nous permettre d'attendre plus longuement avant d'agir ou d'envoyer un mage sans autorisation de leur part. Il s'agit du moins de mon avis.

Dire que la lieutenant Vere n'appréciait pas les noguchis aurait été synonyme de mensonge. Laurence était déterminée à venir en aide à ceux qui en avaient besoin, et ce d'autant plus qu'elle n'en voulait pas à cet ancien empire pour les fautes que ses aïeuls avaient commis. Ce qu'elle ne pouvait tolérer cependant était que l'on ose s'en prendre à ceux qui avaient généreusement tendu la main, malgré les réticences initiales. Mais elle ne souhaitait pas trop s'avancer.

— Je ne les ai pas vu distinctement, continua-t-elle. Mais j'ai pu discerner des ombres au loin derrière les arbres. Je connais les compétences des hommes qui sont à ma charge et je sais pertinemment que nous n'avions aucune chance, d'où le fait que j'aie sonné la retraite. Ils sont nombreux et ce qui m'inquiète est leur présence près de comté-du-bois. Leurs attaques sont très organisées, peut-être trop ; je ne crois pas qu'il s'agisse d'un simple groupe de bandit qui soit récemment né, les brigands sont à l'accoutumée lâches et désorganisés. S'en prendre à une patrouille ? (Elle se tint le menton avec son pouce et son index droits, songeuse, avant de freiner l'allure de ses pas.) Je suis persuadée qu'il s'agit d'un mouvement plus grand encore, plus dangereux.

Laurence s'arrêta finalement et leva le menton, désignant à la comtesse de Castellambre une tour de guet. Il s'agissait d'un assemblage de rondins de bois de fortune qui s'élevait à moins de dix mètres de haut, et qui surplombait l’extrémité sud-ouest du comté. De jour, l'on pouvait contempler une certaine distance de route qui disparaissait derrière les arbres, ainsi que discerner les collines au loin derrière lesquelles s'étendait la mer du dragon — vaste lac intérieur profond comme une mer, qui reliait la forêt de Roncecoeur, la Colonie Noguchi et Norimar, capitale orque —. De nuit et comme c'était actuellement le cas, seule la faible lumière émanant de la lune permettait d'assurer son rôle de guet. Le champ de vision était considérablement réduit à tel point qu'on ne pouvait que discerner les formes des troncs d'arbre, des branches qui s'agitaient frénétiquement au gré d'un vent absent et les alentours du comté à quelques mètres à la ronde.

Elle invita Hélara à monter avec elle sur le guet, d'un air relativement absent. La lieutenant était perdue dans ses pensées, égarée entre son désir d'en apprendre plus et la nuit qui limitait grandement le périmètre de recherche.

— Je vous ai fait venir afin de vous en parler, en premier lieu. Me déplacer aurait pris diablement trop de temps et des obligations me retiennent ici — aussi comprendrai-je que vous dussiez repartir promptement. J'aimerais en second lieu que des mesures de sécurité soient adoptées. Je crois que les habitants de la forêt de Roncecœur sont visés, et les dieux seuls savent de quel motif il peut s'agir. Qui que soit l'individu qui dirige ces attaques, il est intelligent ; l'audace dont il fait preuve nous met en déroute, je suis intimement convaincue que des armes sont volontairement laissées, mais pour quoi ? Incriminer Noguchi à tort ou au contraire nous pousser à les craindre ?

Elle promena le bout de ses doigts contre la rambarde en bois, scrutant l'horizon, et soupira. Le vent se leva doucement, venant harceler des mèches de cheveux qui se mirent alors à battre son front.
Et c'est à ce moment-là que la lieutenant Laurence Vere eut une drôle d'impression. Si la brise venait seulement de se lever... pourquoi les ombres des branches d'arbres s'étaient-elles frénétiquement agitées ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Dim 9 Juil - 21:05
Wataru Keno
Commandant

Age - 32 ans
Statut - Vivant
Objectif - Indépendance Noguchi
Inventaire
Arc, épée, besace contenants diverses choses pour survivre en milieu hostile.
Ils étaient tous en train de patienter dans la forêt. Wataru siffla un ordre rapide à ses troupes, qui se positionnèrent rapidement, s'établissant tout autour de la bourgade.

- Allumez les flèches. Qu'un déluge de flammes s'abatte sur eux.

Peu à peu, la forêt s'illumina, doucement. Des lumières semblaient s'y échapper, toutes dans un ordre bien précises. Ceux qui étaient en poste pour surveiller n'avaient que quelques secondes pour réagir avant que Wataru hurla l'ordre d'attaquer, et les flèches enflammées s'abattirent sur le village ; bien que certaines loupèrent leurs cibles, d'autres les touchèrent, enflammant au passage quelques maisonnées, ou la végétation à proximité. Profitant de ce chaos ambiant, les troupes rebelles déferlèrent sur le village, armés de leurs dagues, leurs archers soutenant l'arrière. Les combattants Noguchis firent preuve d'une certaine agilité au combat, terrassant facilement les moins experimentés. Wataru entra rapidement dans la bataille, cherchant du regard la comtesse, et venant abattre tous  ceux qui essayaient de l'arrêter.

- Eh bien, où es tu petite comtesse ? Viens te battre face au Noguchi libre, si tu n'es pas là une pleutre.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnages : Hélara Lychcroft, Myr Velai
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Dim 9 Juil - 23:00
Hélara Lychcroft
Conseillère / Comtesse

  Age - 39 ans
  Statut - Vivante
  Objectif - Inconnu
  Inventaire
Dague fine en argent, grimoire de cryomancie et hydromancie avancées
Les flèches enflammées fusèrent vers le village et la panique ne tarda pas à s'installer. Les villageois encore dehors à cette heure partirent se barricader dans leur foyer respectif et les soldats de la garde chargèrent au front. Hélara, qui au moment de l'attaque était exposée sur la tour de guet, vit à sa grande surprise un des projectiles se diriger vers elle. La flèche atteignit son épaule gauche mais se brisa à l'impact, pourtant celle-ci était dénudée. En l'espace de quelques secondes sa peau abandonna sa couleur pâle pour en arborer une légèrement plus rosée et alors qu'elle était jusqu'à alors froide au toucher elle s'était attiédie : sa protection givrée venait de disparaître. Par reflexe elle recula de quelques pas avant de frotter de sa main droite à l'endroit de la collision pour en retirer les quelques résidus, elle découvrit une fragile marque de brûlure. Elle gloussa.

─ Et bien, on dirait que je vais manquer le banquet du gouverneur, dit-elle d'un ton qui semblait autant amusé que inquiet.

Elle tourna les talons et fit signe aux deux individus à ses côtés de la suivre.

─ Il nous faut descendre au plus vite, nous ne voulons pas être pris au piège par les flammes.

Le groupe se hâta et parvînt avec chance à s'échapper de la tour avant qu'aucun dégat majeur ne soit subi. Le gardien se mit devant les deux femmes et brandit sa gigantesque lame d'acier après avoir jeté sa torche au sol. Un audacieux noguchi s'élança vers lui mais promptement sa vie fut écourtée. La comtesse tentait de se dissimuler derrière l'imposante posture de l'homme, elle n'était pas idiote : la probabilité que sa présence ici soit la source de ces affrontements était majeure. Toutes les issues étaient bouchées par des combats sanglants et des guerriers à la recherche d'une nouvelle proie, ils étaient dans l'incapacité de fuir sans se faire remarquer. Ils avancèrent à travers le champ de bataille prudemment.

─ Nous allons tenter d'atteindre la caserne, là-bas nous serons le plus en sécurité, murmura la conseillère.

Cette idée était ambitieuse puisque la caserne était assez éloignée de leur position, mais elle était persuadée que sa petite escouade y parviendrait sans trop de soucis. Cependant, alors que la moitié du chemin avait été pourcuru et que leurs bottes étaient recouvertes du sang des défunts, elle entendit une voix masculine dans les alentours.

─ Eh bien, où es tu petite comtesse ? Viens te battre face au Noguchi libre, si tu n'es pas là une pleutre.

Elle s'arrêta, et ses deux compagnons l'imitèrent. Elle quitta l'ombre de son garde et alors que ce dernier tenta de lui en dissuader elle s'avança vers cet homme. Il était différent, il n'était pas un simple soldat, il était plus : un donneur d'ordres. Elle signala de sa main qu'il ne fallait pas la suivre et elle profita que sa cible soit de dos pour faire usage d'un sortilège. D'un geste gracieux de la main elle fit s'ériger des murs de glace isolant sa personne ainsi que le haut-gradé noguchi dans un cercle gelé. Ce sort aurait pris beaucoup plus de temps à être réalisé par un cryomancien lambda mais elle l'avait maîtrisé au fil des années, d'autant plus qu'elle était au maximum de sa forme. Quelques secondes suffirent pour qu'un dôme enferme les deux adversaires dans un environnement restreint où la température descendait à une vitesse critique.


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnages : Aliden Lychcroft, Lya Brameth
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Dim 9 Juil - 23:42
Laurence Vere
Lieutenant de l'Aurore

Age - 29 ans
Statut - Vivante
Objectif - Assurer la sécurité de l'Aurore et ses alliés
Inventaire
Épée longue,
bourse à contenant de pièces d'argent, une gourde, des morceaux de viande sèche.

Laurence resta immobile lorsque la première flèche lui passa au-dessus de la tête. Ce n'est qu'après une désagréable sensation de chaleur qu'elle émergea de sa surprise et prit l'initiative de se baisser. Dégainer ici se serait avéré inutile et aurait encombré ses mains ; or, elle devait être assez rapide pour protéger la conseillère. Elle lança un regard dans sa direction et constata qu'un sortilège avait fait son œuvre.

— Et bien, on dirait que je vais manquer le banquet du gouverneur, dit-elle d'un ton qui semblait autant amusé que inquiet. 

La lieutenant aurait volontiers souri si la situation était différente. Elle préféra plutôt se précipiter au bord de la tour de guet, cherchant le chemin le plus sûr pour atteindre la caserne.

— Il nous faut descendre au plus vite, nous ne voulons pas être pris au piège par les flammes.
— Par ici ! lança-t-elle en dévalant les marches de l'escalier qui menait en bas.

C'est une fois au sol que la lieutenant entrelaça ses doigts au manche de sa longue épée, qu'elle extirpa de son fourreau. Se plaçant en posture de défense derrière la comtesse et son gardien, la femme promena son regard tout autour, à la recherche des ennemis, des gardes et des civils ; les flammes qui léchaient les toits des habitations l'aidèrent à son grand regret à se repérer. Aussi suivit-elle les deux protagonistes de façon prudente.
Deux hommes s'élancèrent dans sa direction, rapidement : l'un armé d'un arc et l'autre de deux lames courtes. La lieutenant fronça les sourcils et s'élança d'un pas vif dans la direction du combattant de mêlée, levant sa lame à la verticale de bas en haut en un puissant clivage. Les lames se rencontrèrent en un insupportable grincement d'acier mais la taille l'emporta sur la légèreté, et le combattant Noguchi dut se résigner à se laisser désarmer.
Soupirant sous l'effort, Laurence se dégagea sur le côté et se mit à courir en arc-de-cercle. En l'espace de quelques secondes, sa longue lame vint trancher les jambes de l'individu tandis qu'elle continuait sa course jusqu'à l'archer. Cette manœuvre audacieuse lui permit d'éviter deux flèches et de se projeter assez rapidement pour le désarmer. Celui-ci cependant n'eut pas la clarté d'esprit de reculer, et la lame lui laissa une plaie mortelle au thorax. Il tomba en arrière, et c'est une lieutenant à la lame tâchée de sang qui se remit en place derrière la comtesse.

— Nous allons tenter d'atteindre la caserne, murmura la conseillère alors que la lieutenant se remettait à son niveau. Là-bas nous serons le plus en sécurité.
— C'est entendu, conseillère, répondit-elle.

Et tous se remirent en marche, lentement mais sûrement, vers la caserne. Au bout d'un temps cependant furent-ils confrontés à un haut-placé, qui semblait particulièrement excité à l'idée d'affronter la conseillère. La lieutenant voulut l'empêcher de s'approcher pour le combattre, mais la femme semblait tout aussi déterminée et sûre d'elle : elle forma un dôme de glace autour de son adversaire et elle. Voulait-elle simplement limiter les dégâts de leur affrontement ou signifier que Laurence la gênerait ?

— Conseillère ! s'exclama une lieutenant impuissante en la voyant disparaître derrière les murs de glace.

Elle lâcha un juron et fit signe au gardien de rester près de sa maîtresse. La lieutenant s'élança au pas de course dans la direction de la caserne, lame en main, fauchant autant d'adversaires que possible en chemin, eu égard à ses compétences martiales remarquables. Pas de temps à perdre cependant, aussi dut-elle se résigner à ignorer quelques combattants Noguchi. Elle espérait bien que ce qu'elle allait chercher changerait la donne de ces affrontements.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Mer 12 Juil - 14:35
Wataru Keno
Commandant

Age - 32 ans
Statut - Vivant
Objectif - Indépendance Noguchi
Inventaire
Arc, épée, besace contenants diverses choses pour survivre en milieu hostile.
Il était impuissant face à cette magie.

Voyant la conseillère s'avancer seule, vers lui, il voulut la charger ; mais le dôme de glace qu'elle avait établi tout autour d'eux et la chute des températures rapide l'empêchait de faire un moindre mouvement. Son armure, en fer, commençait à se geler. Il allait devenir un bloc de glace, à cette allure.

Il s'écroula, à genoux ; son armure le ralentissait beaucoup trop pour qu'il soit efficace au combat corps à corps. Il releva la tête vers la comtesse.

- Vous êtes fière de vous, hein ? Votre nation massacre un village tout entier... Tout cela passé sous silence. Je sais très bien que je ne m'en sortirai pas. Je vous ai peut être sous estimée, après tout... La magie a bien causé notre perte, à nous autres Noguchis.  Néanmoins, je ne pense pas me rendre sans me battre. Dommage, pour vous.

Restant à genoux, il s'empara rapidement de son arc, tentant de tirer une volée de flèches vers la magicienne, malgré le froid ambiant. Il se releva rapidement après, tentant de lui faire face, malgré son armure qui commençait à montrer des signes de défaillance.




Guerrier Noguchi
Soldat

Age -
Statut - Vivant
Objectif - Indépendance Noguchi
Inventaire
Poisons, bandages
Il observait la scène, perché sur le toit. Voyant ses camarades avoir du mal face à la dame qui semblait courir vers la caserne, et qui semblait très pressée, il décida de sauter du toit de cette dernière, où il était posté depuis quelques temps. Il se retrouva devant l'entrée, fixant Laurence.

- Eh bien, Impériale. Je crois que si vous devez rentrer dans cette caserne, vous y rentrerez... oh, oups. C'est votre cadavre qui y rentrera. Mais c'est la même chose, n'est ce pas ?

Il ricana derrière son masque, avant de charger sur Laurence, ses deux dagues en avant, afin de lui donner quelques coups.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnages : Hélara Lychcroft, Myr Velai
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Mer 12 Juil - 15:58
Hélara Lychcroft
Conseillère / Comtesse

  Age - 39 ans
  Statut - Vivante
  Objectif - Inconnu
  Inventaire
Dague fine en argent, grimoire de cryomancie et hydromancie avancées
Elle observa l'homme combattre le grand froid et s'effondrer au sol ; elle se retint de rire. Elle n'était pas insensible à une telle température, mais elle avait acquis une certaine résistance à celle-ci au fil des entraînements. Elle resta silencieuse un instant pour lui laisser la parole.

─ Vous êtes fière de vous, hein ? Votre nation massacre un village tout entier... Tout cela passé sous silence. Je sais très bien que je ne m'en sortirai pas. Je vous ai peut être sous estimée, après tout... La magie a bien causé notre perte, à nous autres Noguchis.  Néanmoins, je ne pense pas me rendre sans me battre. Dommage, pour vous.

Elle n'eut même pas le temps de hausser un sourcil que le noguchi était déjà en position de tir. À la vue des flèches ses yeux commencèrent à s'illuminer dans une couleur bleue turquoise et sa peau maintenant arborait une teinte presque cadavérique. Les flèches fusèrent vers la magicienne mais à seulement quelques centimètres avant de l'atteindre ces dernières se congelèrent à une vitesse stupéfiante. La glace recouvrit l'intégralité des projectiles et lorsque la cryomancienne ferma ses yeux étincelants ils se brisèrent sans attendre. Elle fut prise de court mais grâce à l'environnement dans lequel les deux individus se trouvaient elle avait l'avantage. Elle souffla longuement et brisa d'un coup de main le ridicule stalactite glacé qui s'était construit sous son nez suite au sortilège.

─ Je ne suis pas ici pour faire couler le sang, noguchi. (Elle déglutit et se tut un moment.) Vous ne progresserez à rien en me tuant, ou en tuant tous ces innocents. Au contraire, vous ne faites qu'attiser la colère de l'empereur, et vous ne voulez pas ça, vous ne pouvez pas gagner de cette façon. Cet empire est fait de sables mouvants, plus vous vous agitez, plus vous vous enfoncez. Ne vous y trompez pas, je comprends que vous soyez en colère, des vôtres ont subi le même sort il y a peu, cependant je vous garantis que ma personne n'était pas impliquée dans cet acte de massacre, je ne suis pas partisante de telles méthodes. Pour être honnête, je pense que me tuer résulterait à votre échec. Je peux vous aider, mais seulement si vous m'en donnez l'opportunité. Êtes-vous prêt à discuter ou souhaitez-vous vraiment vous acharner contre une potentielle alliée ?


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnages : Aliden Lychcroft, Lya Brameth
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Mer 12 Juil - 16:51
Laurence Vere
Lieutenant de l'Aurore

Age - 29 ans
Statut - Vivante
Objectif - Assurer la sécurité de l'Aurore et ses alliés
Inventaire
Épée longue,
bourse à contenant de pièces d'argent, une gourde, des morceaux de viande sèche.

Vite. Courir vite. Laurence n'avait pas une seconde à perdre ; mais le poids de son armure freinait indéniablement la vitesse de ses pas, lui donnait relativement chaud et la fatiguait d'autant plus rapidement. Ses longs cheveux roux ondulaient dans son dos au rythme effréné de sa course, et elle se surprit quelques fois à les maudire ; les couper aurait certes été moins dangereux pour le combat, et elle craignit plusieurs fois que cela ne la gêne ou ne signe sa perte. Pour autant qu'elle le sache cependant, ces longs cheveux incarnaient sa féminité et son père lui avait fait jurer sur l'honneur de ne jamais complètement s'en séparer. Elle haïssait ce statut de femme, aurait voulu être un homme pour prendre la tête de ces incapables et permettre à l'Empire de connaître un nouvel essor. Elle aurait utilisé ce pouvoir pour chasser les orcs des terres qui revenaient légitimement à l'Aurore, avant de faire de chaque soldat une véritable élite dont chacun pourrait être fier. Idéaliste, elle l'était, certes ; mais rien n'était impossible à qui avait du pouvoir. Le conseillère en était-elle capable ?

Elle fronça les sourcils lorsqu'elle ne sut plus ce qui l'avait menée à ce raisonnement. Elle se concentra sur sa mission première et leva les yeux vers la caserne qui s'édifiait à quelques pas de là. Enfin, Laurence y était : elle pourrait alors récupérer ce qu'elle était venue chercher et retourner au combat. Comté-du-bois avait une chance de victoire.
Ou du moins en aurait une si elle y parvenait, car la lieutenant dut se résoudre à stopper brusquement sa course face à un adversaire inopportun. Un Noguchi, à n'en pas douter, bondit de son perchoir pour lui bloquer la voie. Masqué, couvert de tissu — et probablement de mailles —, le guerrier était armé de deux lames courtes qu'il savait assurément manier. Et il n'allait pas se contenter de la laisser passer.

— Eh bien, Impériale, lui dit-il d'un ton qui lui déplut fortement. Je crois que si vous devez rentrer dans cette caserne, vous y rentrerez... oh, oups. C'est votre cadavre qui y rentrera. Mais c'est la même chose, n'est ce pas ? 

Elle fronça les sourcils. Après quelques secondes, durant lesquelles la femme eut à peine le loisir de reprendre son souffle, l'homme se jeta sur elle. Épée longue en main, Laurence n'était pas résolue à bloquer ; il saurait après tout la prendre de vitesse. Elle préféra s'élancer sur le côté afin de l'éviter. Ou du moins voulut le faire ; dut-elle se l'avouer à ce moment-là et à sa grande surprise, la lieutenant fut incapable de mesurer la propre étendue de sa fatigue. Son armure lui parut extrêmement lourde et sa tentative de se dégager d'un saut fut un échec. Elle ne parvint ainsi qu'à fléchir lourdement les genoux sur le côté et peina à se redresser.
Les lames de son adversaire rencontrèrent sa spallière de plaques droite, qui se détacha sous le coup et révéla une fine protection en mailles. Les lames ne la ratèrent pas non-plus, et deux épaisses entailles arrachèrent au lieutenant un gémissement.

— L'Aurore ne tardera pas à accueillir notre victoire ! s'exclama-t-elle avec passion en trouvant la force de se relever suite à la douleur du coup reçu.

Changeant en toute hâte son arme de main, Laurence frappa. Elle propulsa son bras gauche en biais, portant à son adversaire un coup du tranchant de la lame, de bas en haut.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Mer 12 Juil - 17:16
Wataru Keno
Commandant

Age - 32 ans
Statut - Vivant
Objectif - Indépendance Noguchi
Inventaire
Arc, épée, besace contenants diverses choses pour survivre en milieu hostile.
Il voyait la magicienne réduire ses flèches en glaçons. Il la fixa droit dans les yeux, constatant le triste spectacle de son échec, l'échec de tout un objectif. Il n'était décidément aucunement préparé à cela. Il restait néanmoins statique, regardant son adversaire, qui prit bientôt la parole.

─ Je ne suis pas ici pour faire couler le sang, noguchi. (Elle déglutit et se tut un moment.) Vous ne progresserez à rien en me tuant, ou en tuant tous ces innocents. Au contraire, vous ne faites qu'attiser la colère de l'empereur, et vous ne voulez pas ça, vous ne pouvez pas gagner de cette façon. Cet empire est fait de sables mouvants, plus vous vous agitez, plus vous vous enfoncez. Ne vous y trompez pas, je comprends que vous soyez en colère, des vôtres ont subi le même sort il y a peu, cependant je vous garantis que ma personne n'était pas impliquée dans cet acte de massacre, je ne suis pas partisante de telles méthodes. Pour être honnête, je pense que me tuer résulterait à votre échec. Je peux vous aider, mais seulement si vous m'en donnez l'opportunité. Êtes-vous prêt à discuter ou souhaitez-vous vraiment vous acharner contre une potentielle alliée ?

Il la regarda, serrant son arc de sa main droite. Comment pouvait-elle dire des choses pareilles ? Elle était conseillère de l'empereur. Elle avait forcément son mot à dire dans les actions qu'il a pu commettre, lui et son armée. Les images passèrent devant les yeux de Wataru, comme un lointain souvenir ; un village, peuplé d'une centaine d'habitants, réduit en cendres en une nuit. Les maisons avaient été pillées au préalable. Les corps, abandonnés, comme de vulgaires torchons. Et il avait trouvé la preuve suprême. Oui, en fouillant, il trouva une épée portée par les soldats de l'Aurore. Ce ne pouvait être une simple coïncidence.

Il revint au présent. Elle était encore là, à le regarder. Elle lui avait proposé quelque chose. Sa réflexion se fit plutôt longue, mais il ne fit ressortir aucune émotion, aucun geste brusque, juste des longues minutes passées à attendre. Il prit soudain la parole, d'un air toutefois méfiant.

- Comment pourrais-je vous faire confiance ? Cela pourrait très bien être une ruse, pour simplement m'enfermer dans les pires cachots de l'Empire, alors que je préférerais mourir. Quel intérêt avez vous à avoir là dedans ? Vous voulez vous imposer contre l'Empereur ? Vous n'avez aucune chance. C'est lui qui a sans doute commandé l'attaque ; vous devriez être au courant. L'armée régulière ne va pas toute seule attaquer des villages. Alors exposez votre véritable pensée, ou laissez moi mourir ici.  




Guerrier Noguchi
Soldat

Age -
Statut - Vivant
Objectif - Indépendance Noguchi
Inventaire
Poisons, bandages
Il éprouva un sourire de satisfaction quand il vit sa lame écorcher la lieutenant. Se remettant en position de défense immédiatement, il tenta tant bien que mal d'esquiver le coup de Laurence, ce qu'il réussit partiellement ; son armure reçut néanmoins quelques dommages, et il lâcha donc un râle de douleur, signe que sa peau a été touchée également.

- L'Aurore peut gagner ? Ha ! C'est ce que nous verrons, imbécile !

Le guerrier effectua une roulade arrière, avant de dégainer rapidement son arc pour tenter de tirer plusieurs flèches sur Laurence.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnages : Hélara Lychcroft, Myr Velai
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Mer 12 Juil - 18:08
Hélara Lychcroft
Conseillère / Comtesse

  Age - 39 ans
  Statut - Vivante
  Objectif - Inconnu
  Inventaire
Dague fine en argent, grimoire de cryomancie et hydromancie avancées
Un temps de silence s'imposa dans l'étroit dôme de glace. Il n'était pas aussi influençable qu'elle le pensait et, bien que ça rendait la tâche plus complexe, cela l'avait rassurée. Si elle venait à travailler avec cet homme, il serait préférable qu'il ne soit pas stupide. Elle leva la main droite vers le plafond de l'abri gelé et en retira un morceau en le faisant fondre. La température commença dès lors à remonter rapidement. Par la même occasion, les bruits de l'assaut furent à nouveau audibles par les protagonistes, brisant le calme qui s'était installé. Le guerrier pouvait maintenant combattre sans aucun handicap. Elle abaissa la main et fixa les yeux de son interlocuteur.

─ Pouvez-vous me faire confiance désormais ?

Elle ne lui laissa pas le temps de répondre, de son point de vue il était clair qu'en se mettant dans un état de vulnérabilité l'homme lui accorderait ne serait-ce qu'un minimum de sa confiance. Elle s'approcha de ce dernier à pas lents mais conserva tout de même une distance considérable entre lui et elle pour une question de sécurité.

─ Vous ai-je dit que je n'étais pas au courant de l'attaque que votre peuple a subi ? Je ne me souviens pas de cela. J'en ai eu vent, bien sûr, mais je n'ai jamais adhéré à de telles actions. Je suis conseillère de l'empereur et ma voix a de l'influence, néanmoins je n'ai jamais eu la mainmise sur les directives données à l'armée. J'ai fait de mon mieux pour éviter cette catastrophe, et je le jure sur la vie de mon propre fils. En revanche, je peux vous dire que vous avez raison sur un point : je n'ai aucune chance contre l'empereur, c'est pourquoi je ne vais pas me soulever contre lui. (Elle déglutit et promène son regard sur les parois glacées, réflechissant à ses prochains propos.) Il est vieux, ce n'est pas un secret. Il va mourir et c'est là que les choses vont changer, pas avant ni après. Une guerre se prépare, noguchi, et lorsque celle-ci éclatera nous aurons un ennemi commun : la maison de Bénérys, celle qui a cherché à vous exclure de toute liberté depuis votre arrivée en ces terres. Le destin de votre peuple se jouera sur qui montra sur le trône. Cette guerre ne sera peut-être pas source d'affrontements physiques, mais complots seront rois dans cette période d'incertitude. Dans le cas où il nous faut nous soulever, j'aurai besoin d'hommes, d'hommes qui ont un talent incomparable dans l'art du combat, et c'est là que vous intervenez. Si ce n'est pas le cas, vous aurez juste à afficher votre soutien pour la maison de Calanthe et ils vous en seront redevables. De cette façon vous obtiendrez votre complète liberté, d'autant plus que mon influence se sera agrandie si victoire il y a.

Elle mit fin à son discours, laissant enfin la parole à Wataru.

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnages : Aliden Lychcroft, Lya Brameth
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Mer 12 Juil - 18:18
Laurence Vere
Lieutenant de l'Aurore

Age - 29 ans
Statut - Vivante
Objectif - Assurer la sécurité de l'Aurore et ses alliés
Inventaire
Épée longue,
bourse à contenant de pièces d'argent, une gourde, des morceaux de viande sèche.

Elle le vit parer mais sut aussi, et comme pour ses autres adversaires, que la taille l'emporterait sur la légèreté. Ce ne fut donc pas une surprise de le voir esquiver son coup, mais elle fut ravie de parvenir à le toucher malgré sa peine évidente à se déplacer. Sa course précédente pour accélérer ses chances de victoire n'allait-elle pas plutôt la conduire à sa perte ? Non, se dit-elle. Garde foi, tu y es presque. Se concentrant de nouveau sur son adversaire, c'est avec surprise qu'elle constata que celui-ci avait dégainé un arc. Elle le vit bander son arc et eut de fait à peine le temps de se projeter sur le côté, que déjà les flèches étaient décochées. Le temps de pression nécessaire à ce saut la priva d'une précieuse seconde, laquelle permit à la flèche de se planter dans son épaule à l'air libre.

Cette fois ses jambes ne parvinrent à amortir sa chute, aussi la lieutenant s'écroula-t-elle dans l'herbe. Le sang qui abondait de sa blessure tâcha l'herbe et une partie de sa cape. Rapidement cependant et plutôt que de se résigner à mourir, Laurence entrelaça ses doigts à la flèche et l'arracha promptement, avant de presser ses doigts contre la blessure, de laquelle le sang affluait désormais sans retenue. Elle se redressa tant bien que mal, genoux à terre, dos à son adversaire, et fut prise d'un spasme. La lieutenant leva le menton et son regard azur se porta sur la lune, pleine et resplendissante, qui projetait ses rayons sur le comté comme pour lui rendre espoir.

Ses paupières restaient ouvertes et ce malgré l'envie évidente qu'elles avaient de se clore. Les bras de la lieutenant pendaient sur les côtés, le long de son corps, et ses doigts tenaient faiblement le manche de son arme, tâché du sang séché des Noguchi qu'elle avait affronté. Était-ce la fin ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Mer 12 Juil - 18:53
Wataru Keno
Commandant

Age - 32 ans
Statut - Vivant
Objectif - Indépendance Noguchi
Inventaire
Arc, épée, besace contenants diverses choses pour survivre en milieu hostile.
Wataru restait calme face à la comtesse. Regardant le moindre de ses faits et gestes, il fut quelque peu surpris qu'elle vienne détacher un bout de son si précieux dôme de glace afin de lui montrer qu'il pouvait lui faire confiance. Il hocha rapidement rapidement la tête à la question d'Hélara, restant parfaitement statique quand elle vint à s'avancer vers lui, écoutant attentivement son discours.

A la fin de son discours, il lâcha ses armes devant elle, délaissant donc son carquois, son épée et son arc, avant de s'agenouiller devant elle.

- Dame Lychcroft, sur mon honneur, et au nom de tous mes hommes, nous vous porterons assistance dans cette quête. Je pense que nous pouvons nous faire confiance mutuellement ; vous m'avez l'air de bonne foi, et il est vrai que sans nul doute, la maison De Berenys nous fera bien plus la misère que vous ne pourriez le faire. C'est là peut être le meilleur  choix pour les Noguchi libres. A compter de maintenant, mes hommes et moi vous fourniront toute l'aide que vous nous demanderez, et nous jurons de parvenir à cette tâche pour le bien de notre nation... mais aussi de l'Empire. J'espère que nous n'aurons pas de couteau dans le dos une fois cela fait. J'espère pouvoir vous faire confiance sur cela, car il sera dur de faire en sorte que mes hommes vous aident, mais nous sommes des Noguchis, après tout. Nous savons qui aider et qui veut vraiment du bien pour nous.

Il se releva spontanément, et laissa un petit temps de silence si Hélara souhaitait ajouter quelque chose.

- Soit. Si vous avez besoin d'une quelconque aide, rendez vous à Eskota, à l'ouest de la colonie Noguchi. C'est un village amical, où vous me trouverez, moi, et mes hommes. Il ne vous sera fait aucun mal, tant que vous ne venez pas avec une escouade entière d'hommes prêt à nous abattre. Maintenant, si vous voulez bien m'excuser....

De sa besace, il sortit un petit cor, et vint faire rencontrer sa bouche avec celui ci ; il lâcha un grand souffle à l'intérieur, ce qui produit un son grave, résonnant dans le dôme de glace, et qui parvint à sortir de cette sorte de prison pour atteindre les oreilles des soldats Noguchi.

- Je sonne la retraite. Dans la version officielle, je suis mort, vous m'avez vaincu, et vous avez sauvé le village. Ajoutons un peu de prestige pour que cela vous aide dans les affaires nobles. Mes hommes vont bientôt partir, et moi avec. Nous nous retrouverons plus tard, comtesse.

-----------------

Le soldat se tenait près de Laurence, son épée tout près de sa gorge. Il s'était agenouillé, regardant sa victime avec un air malsain, néanmoins non visible par la présence de son casque.
Mais le cor de la retraite vint sonner.

- Le commandant ?... J'espère qu'il ne lui ait rien arrivé, bon sang !

Il tourna son regard vers la lieutenant.

- Vous avez de la chance, pion de l'Aurore. Votre mort n'est pas pour tout de suite.

Après ces paroles, il s'enfuit dans les ombres, suivi bientôt par les restes des troupes Noguchi, Wataru s'en étant allé discrètement.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnages : Hélara Lychcroft, Myr Velai
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Jeu 13 Juil - 17:40

Hélara Lychcroft
Conseillère / Comtesse

  Age - 39 ans
  Statut - Vivante
  Objectif - Inconnu
  Inventaire
Dague fine en argent, grimoire de cryomancie et hydromancie avancées
La conseillère fut étonnée que son interlocuteur en vienne à abandonner ses armes, il lui faisait maintenant confiance. Elle le fut d'autant plus lorsque ce dernier s'agenouilla face à elle. Lorsqu'il eut fini son discours d'allégeance, elle resta bouche bée : elle se savait persuasive, mais à ce point ? Elle ressentit un sentiment de fierté. Néanmoins elle avait appris à contrôler ses émotions et ne voulant aucunement sembler vaniteuse elle resta impassible. Elle avait pris un risque et tout s'était passé comme elle l'espérait, une nouvelle fois. Elle savait qu'un jour les choses se compliqueraient pour elle et lorsque ce moment arrivera elle devra s'entourer de personnes capables de prendre des risques à sa place.

Elle hocha la tête aux dires de l'homme en signe d'accord et le laissa continuer. Elle écarquilla les yeux à la vue du cor : ses pauvres oreilles. Elle n'eut pas le temps de les couvrir que l'homme souffla dans l'objet, elle grimaça.

─ Je sonne la retraite. Dans la version officielle, je suis mort, vous m'avez vaincu, et vous avez sauvé le village. Ajoutons un peu de prestige pour que cela vous aide dans les affaires nobles. Mes hommes vont bientôt partir, et moi avec. Nous nous retrouverons plus tard, comtesse.

─ Vous avez fait la bonne décision, noguchi. (Elle lui sourit pour la première fois.) Je me chargerai de protéger vos intérêts, ou plutôt nos intérêts, du mieux que je le peux. Je suis impatiente de pouvoir échanger avec vous à nouveau, je suis certaine que nous pouvons accomplir de grandes choses. (D'un geste de la main similaire à celui réalisé pour créer le dôme elle fit fondre le reste de la structure.) Faites attention à vous et à vos hommes, nombreux sont ceux qui cherchent à vous nuire.

Elle s'arrêta ensuite de parler de peur que quelqu'un à l'extérieur puisse désormais l'entendre.


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnages : Aliden Lychcroft, Lya Brameth
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Jeu 13 Juil - 19:17
Laurence Vere
Lieutenant de l'Aurore

Age - 29 ans
Statut - Vivante
Objectif - Assurer la sécurité de l'Aurore et ses alliés
Inventaire
Épée longue,
bourse à contenant de pièces d'argent, une gourde, des morceaux de viande sèche.

Le cœur de la lieutenant battait la chamade. Elle fixait l'astre lunaire depuis de longues secondes en silence, les joues rougies par la foi. En cet instant où la femme ne devait plus avoir que quelques secondes à vivre, rien ne lui importait plus que de contempler son dieu. Sa lumière bienfaitrice avait capté toute son attention et la douleur ne se faisait plus sentir. Elle se sentait plus proche de lui qu'elle ne l'avait jamais été ; était-ce cela que l'on éprouvait avant d'embrasser la mort ?
Le visage voilé de son adversaire vint obscurcir physiquement sa vue, mais l'image de l'astre lunaire lui apparaissait toujours aussi clairement. Ses pupilles dilatées fixaient la lune à travers la présence éphémère du Noguchi ; elle ne sentit pas plus le contact froid de la lame contre sa gorge qu'elle ne sentit une quelconque crainte à l'idée de trépasser. Laurence était littéralement absorbée par sa foi.

Le cor résonna et fit trembler chacun de ses membres. La voix du guerrier Noguchi lui apparut alors distinctement ; lorsqu'elle revint à elle cependant, il avait disparu. La lieutenant promena son regard tout autour d'elle, à la recherche de ses adversaires, étrangement calme. Laersyl de la Lune semblait glissé sous ses paupières, car il ne quitta pas son esprit une seule seconde malgré son retour à la réalité. Elle sentait sa présence irradier telle une fontaine de jouvence dans son esprit ; jamais la lieutenant n'avait été autant galvanisée par sa divinité. Était-ce un signe ? Devait-elle se relever et sauver le comté ?
Elle posa son regard sur les Noguchi qui prenaient la fuite, certains plus discrètement que d'autres. Non, songea-t-elle en se redressant lentement, comme si le sang qui abondait de ses plaies ne la gênait plus. Elle devait venger le comté.

— Soldats du Saint-Empire ! tonna-t-elle avec passion en pointant sa longue lame au ciel. L'ennemi est lâche, il prend la fuite après avoir brûlé nos fermes et tués nos frères car il sait qu'il n'a aucune chance ! Éliminez les traîtres Noguchi avant qu'ils ne fuient !

Quelque chose avait changé, Laurence le savait. Son être tout entier irradiait d'un doux halo de lumière claire, signe que l'énergie de son dieu affluait désormais dans ses veines. La lieutenant s'était toujours su particulièrement sensible à la Lumière, et sa foi n'avait jamais été aussi puissante, aussi pure qu'en cet instant béni. Sa longue lame étincelait elle aussi, et cette énergie bienveillante et sincère motiva les troupes. Les soldats de la caserne qui auparavant étaient en difficulté ou ébahis par la fuite des Noguchi se mirent pour la plupart à les poursuivre, Laurence Vere à leur tête. Un fin filet de sang s'échappait parfois des blessures de la femme, qui semblait insensible aux douleurs ou à la fatigue. Ses suivants étaient complètement galvanisés, les autres davantage surpris ou réticents à la vue de ces quelques combattants suivant en flèche une figure illuminée.

Durant sa course, la lieutenant faucha quelques uns de ses adversaires avant qu'ils n'atteignent les portes du comté. À la vue des derniers fuyards et en comprenant qu'ils étaient hors de portée de son épée, une évidence la traversa ; aussi s'immobilisa-t-elle brusquement dans sa course pour lever un bras. Quelques nuages sombres s'écartèrent au-dessus des fuyards et des cercles illuminés se dessinèrent dans le ciel, selon la forme d'une constellation : un trait lumineux relia chacun de ces cercles et bientôt, de véritables sphères de lumière fondirent sur la dizaine de traîtres encore en vue. Les tuer, les immobiliser, les ralentir, les aveugler ; qu'importe tant que ses soldats parvenaient à rendre justice à ceux qui avaient perdu des frères dans cette attaque en traître.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Lun 17 Juil - 12:46
Villageoise
Mamie

 Age - Très vieille
 Statut - (Presque) vivante
 Objectif - Raconter des ragots
 Inventaire
Des herbes bizarres

La villageoise sortit de sa petite demeure, marchant avec difficulté sur sa canne. Tout ce vacarme dehors l'avait fait sortir de sa sieste, quelle hérésie ! Mais alors qu'elle observait le désordre monstre qui régnait à l'extérieur, son oeil fut attiré par une chose. La femme brillante de lumière, que tout le monde regardait, éblouis, dans un silence quasi religieux. La villageoise vint le briser en poussant de haut cris.

- Par les Dieux ! Vous êtes une élue... Ils vous ont choisie ! Oh, je suis si heureuse d'assister à ce genre d'évènements ! J'en ai rêvé toute ma vie !

Elle s'approchait de plus en plus de Laurence, lentement, certes, mais elle semblait toute enthousiaste.

-Oh mon dieu, que vous êtes belle ! Magnifique, brillante ! Je suis sûre que vous menerez notre pays à la gloire éternelle !

Sans prévenir, elle vient embrasser Laurence, la croulant sous les compliments. Bientôt, l'enthousiasme de la mamie fut partagée par tous les villageois et soldats présents aux alentours, qui crièrent "Vive l'Elue !" ou encore "Gloire à la Lieutenant" !

- Vous ferez de grandes choses, j'en suis sûre ! termina la personne âgée. Vous êtes bénie, et vous avez de quoi en être fière !

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnages : Hélara Lychcroft, Myr Velai
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Lun 17 Juil - 17:38
Hélara Lychcroft
Conseillère / Comtesse

  Age - 39 ans
  Statut - Vivante
  Objectif - Inconnu
  Inventaire
Dague fine en argent, grimoire de cryomancie et hydromancie avancées
Hélara regarda le haut-gradé quitter la place à une vitesse effarante et elle sourit. Elle se retourna pour faire face à son gardien. Le dôme était maintenant complètement fondu, seules des flaques d'eau gelée demeuraient au sol. Dans le grand débacle, personne n'avait vu le noguchi fuir à l'exception du garde, du moins c'est ce qu'elle espérait. Elle fut grandement surprise par la soudaine rage des soldats du comté qui poursuivaient les fuyards sans ralentir, n'étaient-ils pas en train de les supplier pour leur vie il y a seulement quelques minutes ? Elle soupira.

─ Mettons-nous en route vers la porte du comté, je ne puis supporter rester ici un instant de plus, annonça-t-elle.

─ Bien, votre excellence, répondit son interlocuteur.

─ Oh, et Aster, je compte sur votre personne pour ne jamais divulguer ce qu'il vient de se passer. Si vous l'on le demande, dites que lorsque le dôme s'est effondré, il ne restait que des lambeaux glacés du guerrier noguchi, est-ce compris ?

─ Jamais je ne trahirai votre confiance conseillère, vous m'avez tout donné.

─ Je suis ravie de l'entendre, répliqua-t-elle en souriant.

Son prénom était Aster, du moins officieusement puisque personne ne pouvait le vérifier. D'après les propos de la conseillère à la cour, il était un pauvre homme qu'elle avait sauvé de la misère lors d'un voyage d'affaires à Gardevoir. Elle fut témoin de son talent au combat lors d'une bagarre de rue et le recruta sans attendre, lui faisant don d'un salaire conséquent et d'une vie aisée. Il était fermé et évitait toute question ayant un quelconque lien avec son passé, faisant de lui quelqu'un de mystérieux et source de nombreuses rumeurs.

Il était étrange que la mage ne souhaitait pas passer la nuit ici, surtout qu'il était si tard, mais en raison des circonstances elle préférait retourner à la capitale au plus vite. Le pauvre Damen avait succombé et aucun autre sorcier de la ville avait les compétences nécessaires pour créer un portail, elle avait donc l'intention d'emprunter des montures et une escouade de gardes pour la route.

Elle marcha derrière Aster, enjambant les cadavres, en direction de la porte. Soudainement, son regard s'éleva vers le ciel, quelque chose se préparait là-haut. Elle observa la formation de la constellation, confuse mais charmée par la beauté du phénomène, et déglutit lorsque les sphères de lumière descendirent vers la forêt. Elle marmonna des vulgarités typiquement rivegardiennes et continua son chemin. Elle savait d'où cela venait : le Dieu de la Lune. Quand bien même beaucoup remettaient en cause sa piété, elle n'avait jamais cessé de prier pour les Dieux Jumeaux. Dans ce monde où une parole déformée peut te coûter la vie, elle voyait en eux des confidents à qui elle pouvait tout confesser. En revanche, elle haïssait le clergé ; pour elle, ils n'étaient que des profiteurs malhonnêtes pensant accomplir la volonté des Dieux sans même savoir qu'elle était cette volonté. Les Dieux faisaient don de pouvoir à quiconque était dévoué à eux, qu'importe si cette personne était de nature bonne ou mauvaise. C'est bien quelque chose qu'elle ne comprenait pas et dont elle avait fait part aux Dieux lors de ses pières. Mais à cet instant, une seule chose lui venait en tête : est-ce que son nouvel allié avait survécu ? Elle implora Laersyl de lui laisser la vie sauve.

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Lun 17 Juil - 18:38
Wataru Keno
Commandant

Age - 32 ans
Statut - Vivant
Objectif - Indépendance Noguchi
Inventaire
Arc, épée, besace contenants diverses choses pour survivre en milieu hostile.
Les troupes Noguchi ne s'attendaient certainement pas à cela.
Alors que les assassins réussissaient à se fondre dans les ombres pour échapper à leurs attaquants, les archers, en seconde ligne, n'eurent pas cette chance. Criant aux autres à tout va de s'échapper et de battre en retraite le plus vite possible, certains tirèrent leurs dernières flèches avant de se faire tuer, tandis que d'autres ne cherchaient même plus à se défendre, tant que la partie était perdue. Leurs cadavres recouvraient désormais certaines parties de la forêt, et ces pertes étaient dures pour la rébellion.

Wataru observait tout cela, dissimulé, avec les rares qui ont pu s'échapper. Maintenant, il devait reformer ses troupes, tout en sachant qu'hélas, ils avaient un allié de poids à leur côté.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnages : Aliden Lychcroft, Lya Brameth
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Mar 18 Juil - 9:59
Laurence Vere
Lieutenant de l'Aurore

Age - 29 ans
Statut - Vivante
Objectif - Assurer la sécurité de l'Aurore et ses alliés
Inventaire
Épée longue,
bourse à contenant de pièces d'argent, une gourde, des morceaux de viande sèche.

La puissance stellaire s'abattit sans aucune pitié comme autant de flèches mortelles qui perforèrent certains des derniers orientaux. Les autres furent aveuglés ou immobilisés, freinés dans leur course par ce spectacle à la fois sublime et horrifique, laissant l'opportunité aux soldats passionnés d'achever de les éliminer. La lieutenant abaissa cependant son bras libre, sommant à ses compagnons de contenir leur furie.

— Attendez, annonça-t-elle. Laissez les derniers en vie.

Elle observa les soldats rapatrier les quelques archers blessés restants : il en restait quatre. Laurence baissa les yeux vers ces derniers et se mit à marcher, lentement, autour d'eux. Elle pouvait lire de la crainte dans leur regard. De la crainte mais également une étincelle de défi qui en temps normal aurait eu le don de l'agacer.

— Vous serez conduit à la capitale, interrogés par un tribunal militaire puis jugés pour le crime de trahison dont vous vous êtes rendus coupables. Clémence sera accordée à ceux qui témoigneront d'un désir sincère de repentir, et qui nous aideront à localiser le cœur de cette injuste et criminelle rébellion. (Elle leva le menton pour signifier à ses soldats qu'elle en avait terminé.) Emmenez-les.

Quelques soldats menèrent les Noguchi blessés en cellule. Un silence quasi-religieux en suivit. La lieutenant se savait épiée ; l'énergie divine qui avait parcouru chacun de ses membres avait fait d'elle une figure illuminée et galvanisante, ce qui lui faisait cruellement défaut à l'origine. Son statut de femme avait été l'espace d'un instant oublié, et Laurence en était enchantée. Elle fut infiniment reconnaissante envers son dieu.
Cependant quelque chose d'autre se produisit en elle ; les cris d'acclamation d'une personne âgée résonnèrent dans ses oreilles, et il lui sembla que l'énergie de Laersyl s'affaiblit. La lieutenant tourna la tête vers la personne en question, une grand-mère qui vint l'embrasser et la complimenter pour ses actions.

— Oh mon dieu, que vous êtes belle ! s'exclama la vielle femme. Magnifique, brillante ! Je suis sûre que vous mènerez notre pays à la gloire éternelle ! 

Laurence, mener ce pays à la gloire éternelle ? Venait-elle véritablement de s'affirmer en tant que protectrice de l'Empire, tel qu'elle l'avait toujours voulu ? Les larmes lui montèrent aux yeux et l'esprit embrumé de la lieutenant se fit plus chaleureux. Elle porta une main à l'épaule de la grand-mère en lui souriant tendrement, avant de lui murmurer : « Le comté est sauf, par la volonté des Dieux. » Les Dieux Jumeaux étaient les seules divinités que Laurence reconnaissait.

Puis le reste des civils et des soldats se mit à l'acclamer. Son nom fut scandé, et son statut d'Élue lui aussi maintes fois répété. Si elle en était véritablement une, Laurence l'ignorait, mais l'énergie bienfaitrice de son dieu avait bel et bien nourri abondamment son être pour lui permettre de réaliser de telles prouesses. Et grâce à eux, le comté était sauf.
Le halo de lumière se dissipa progressivement, et chacun des maux de la lieutenant se fit doublement sentir. Sa vue se fit trouble et ses genoux fléchirent sous le poids de son armure. Elle vacilla et dut se tenir à l'un de ses soldats pour ne pas faillir.

— Merci, lui adressa-t-elle. Conduisez-moi jusqu'à la conseillère s'il-vous-plaît, j'aimerais m'assurer que rien ne lui est arrivé.
— Bien, lieutenant.

Et la femme évolua au-travers des corps jonchant le comté, ordonnant de temps à autre à ce que les cadavres soient inspectés, brûlés ou enterrés dignement. Puis une question lui traversa l'esprit ; le gouverneur était-il sauf ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnages : Hélara Lychcroft, Myr Velai
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Jeu 20 Juil - 14:24


Hélara Lychcroft
Conseillère / Comtesse

  Age - 39 ans
  Statut - Vivante
  Objectif - Inconnu
  Inventaire
Dague fine en argent, grimoire de cryomancie et hydromancie avancées

Clap, clap, clap.

─ Vous avez survécu, lieutenant, clama la comtesse chaleureusement en la croisant sur son chemin. Me voilà rassurée.

Elle s'arrêta net, son gardien à ses côtés. Le bas de sa robe était taché par le sang des défunts, mais le reste de sa tenue était presque intact. Elle n'était pas décoiffée, et son visage était radieux. Pour être honnête, elle semblait exactement la même depuis la dernière fois qu'elles s'étaient vues. Elle observa Laurence et plus particulièrement ses blessures.

─ Oh, c'est une belle plaie que vous avez là, si j'étais vous j'irais me faire soigner au plus vite, déclara-t-elle d'un ton presque maternel en désignant de ses yeux la zone d'impact de la flèche.

Elle s'avança vers la jeune femme.

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnages : Aliden Lychcroft, Lya Brameth
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes Ven 21 Juil - 10:53
Laurence Vere
Lieutenant de l'Aurore

Age - 29 ans
Statut - Vivante
Objectif - Assurer la sécurité de l'Aurore et ses alliés
Inventaire
Épée longue,
bourse à contenant de pièces d'argent, une gourde, des morceaux de viande sèche.

Laurence voyait son propre état se détériorer à mesure qu'elle évoluait au-travers du comté. Autant la plaie provoquée par la flèche était de base aisément guérissable, autant l'énergie bienfaitrice de Laersyl avait agi comme un anti-douleur, à tel point qu'elle avait pu tirer sur sa plaie et l'élargir sans rien sentir. Le constat était désormais troublant, puisque la plaie menaçait de s'infecter et que le sang peinait à être arrêté. Avec un peu de chance cependant, cela ne lui coûterait ni la vie, ni son bras.
Son visage s'illumina à la vue de la comtesse, vraisemblablement en bon état. Celle-ci se ravit de voir la lieutenant en vie et s'avança avec toute la noblesse qui la caractérisait.

─ Oh, c'est une belle plaie que vous avez là, si j'étais vous j'irais me faire soigner au plus vite, déclara Hélara d'un ton presque maternel en désignant de ses yeux la zone d'impact de la flèche.

Laurence suivit le regard de la conseillère sans dire un mot, avant d'être amenée à constater de nouveau les dégâts causés par les rebelles. Son cœur se tordit et ses sourcils se froncèrent en arrière, signe évidente de sa peine. Aussitôt, la lieutenant pressa férocement l'épaule du soldat qui la tenait et se laissa tomber à genoux aux pieds de la comtesse. Elle pressa la terre de ses mains et vint déposer brutalement son front contre le sol, en un geste implorant.

— Mille grâces, votre Grandeur, déclara-t-elle sans relever la tête en signe de soumission. J'ai mis votre noble vie en danger en vous mandant alors même que j'avais des doutes quant à la présence de traîtres Noguchi dans les bois. Vous avez été exposée au danger par ma faute et je n'ai pas même été en mesure de vous protéger ; jamais une femme de votre rang n'aurait dû se salir les mains pour corriger ces chiens, pas plus qu'elle n'aurait dû être placée tant de fois au-devant de la menace. (Elle enfonça ses doigts dans la terre avec rage, le sang de sa plaie ayant pour effet de se remettre à couler.) Mon attitude n'est pas pardonnable. (Elle manqua de se laisser tomber sur le coté, les forces lui manquant, mais tint bon.) Je ne mérite pas vos attentions, ma dame.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: À l'aube d'un océan de larmes
Revenir en haut Aller en bas
À l'aube d'un océan de larmes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une aube funeste ...
» La milice, et l'Aube Ecarlate.
» Zelda Majora's Mask - L'aube du 4EM JOUR !
» La lumière de l'aube
» 25 et 26 avril bfg/netepic a bucheres ( aube)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Zone RP : Eira :: Nord-ouest :: Forêt de Roncecoeur-